Un dixième album en carrière pour la prolifique Jorane

Peu d’artistes au Québec ont un parcours et un son aussi singuliers que l’auteure-compositrice-interprète de renommée internationale qu’est devenue Jorane. Forte de dix albums, de centaines de spectacles à travers le Québec, de plusieurs tournées mondiales et de collaborations artistiques aussi riches que variées, elle séduit public et critique, laissant une trace indélébile dans le paysage culturel.

L’instant aimé, son tout dernier album

On se rappelle son précédent disque, Une sorcière comme les autres, où Jorane proposait une relecture très personnelle d’une sélection d’immortelles de la chanson francophone. Elle prenait ainsi confiance en l’interprète nuancée et bouleversante qu’elle peut être. La musicienne continue son cheminement et propose, à l’automne 2012, L’instant aimé. En continuité avec le précédent, ce tout nouvel album pousse plus loin l’exploration de Jorane avec les mots, les siens et ceux des autres. Résultat : un heureux enchaînement de chansons originales, de pièces instrumentales et de quelques relectures. Jorane s’étonne encore du résultat : « J’ai été surprise de percevoir tout le cours de ma carrière dans cet album, que je qualifierais de souriant… J’entends Vent fou, 16mm, Une sorcière… Ce n’était pas volontaire mais, en fait, j’en suis plutôt heureuse! » raconte-t-elle.

En effet, sur L’instant aimé, on retrouve autant la fraîcheur et l’audace de Vent fou que le souffle créateur de 16mm. La maîtrise des mots amorcée sur Vers à soi se poursuit tandis que l’expérience d’interprétation acquise avec Une sorcière comme les autres se raffine encore! Voici l’œuvre achevée d’une musicienne, interprète, compositrice et auteure forte d’une carrière sans inertie qui se poursuit depuis presque quinze ans déjà !

Notes biographiques
Depuis la sortie de son premier album Vent fou en 1999, Jorane parcourt le monde à grands coups d’archet, suscitant émerveillement aux quatre coins de la planète. La musicienne hors normes présente ensuite les albums 16mm (2000), Jorane Live (2002), la bande sonore du film Je n’aime que toi (2003), Evapore (2003) et The You and The Now (2004). En 2006, Jorane rendait disponibles, en exclusivité sur le Web, les pièces de Canvas or Canvass?. Puis, paraissent Vers à soi en 2007 et Dix en 2008, une double compilation incluant dix pièces inédites soulignant ses dix années de carrière. Février 2011 marque le lancement de l’album Une sorcière comme les autres.
Jorane totalise pas moins de seize nominations à l’ADISQ et deux nominations aux Juno’s Awards. Elle a d’ailleurs reçu le Félix de l’Album de l’année – Folk contemporain pour Evapore en 2004, puis le Gémeaux dans la catégorie Meilleure musique originale : documentaire en 2006 pour la musique de Indécences (documentaire de Lewis Cohen sur Zhumanity du Cirque du Soleil). Plus récemment, en juin 2012, on lui décernait le Prix Guy-Bell, à Pully en France, dans la catégorie Interprète féminine.
Jorane compose aussi pour le cinéma. On peut, entre autres, l’entendre sur la trame sonore des films Je suis Dina (2002) et Unfaithful mettant en vedette Richard Gere et Diane Lane (2002). En 2007, elle recevait un prix Jutra pour la musique de Un dimanche à Kigali ainsi qu’une nomination pour la trame de Kamataki de Claude Gagnon. C’est également à Jorane que l’on doit la musique du film de Jean-Claude Labrecque, Infiniment Québec et celle de La Cicatrice, de Jimmy Larouche, dont la sortie est prévue en 2013.
Au cours des dernières années, Jorane se produit à multiples reprises en version symphonique dans le cadre de grands événements. On a pu l’entendre notamment à l’ouverture de l’Olympiade culturelle précédant les Jeux olympiques de Vancouver, avec l’OSQ pour le 400e de Québec, aux Francofolies de Montréal et avec l’Orchestre Métropolitain. La Maison symphonique l’accueillait en juillet 2012, dans le cadre du Festival international de Jazz de Montréal, après qu’elle eut renversé son auditoire avec l’orchestre I Musici en février de la même année.
« Il faut parler d’un moment de grâce. Montréal en lumière a peut-être présenté samedi la plus grande première de son histoire: aucun des clichés de la critique ordinaire ne peut décrire la magnificence du concert livré par Jorane et l’orchestre I Musici. » La Presse, 27 février 2012
Quant aux collaborations artistiques, il serait difficile de toutes les mentionner, mais signalons celles-ci au passage : Daniel Lanois, Michael Brook, Sarah McLachlan, Pierre Marchand, Bobby McFerrin, Margie Gillis, Jean Lemire et Dominic Champagne… et ce n’était que quelques-uns de ses accomplissements aussi variés qu’extraordinaires!